Compte-Titres Ordinaire (CTO)

Un compte-titres est un compte bancaire qui permet d’investir sur la bourse dans le monde entier. C’est le véhicule d’investissement boursier le plus diversifié qu’il existe. Je vais t’aider ici à comprendre son fonctionnement et t’aider à choisir le meilleur courtier pour ton CTO.

Qu’est-ce qu’un compte-titres ordinaire ?

Le compte-titres est une solution de placement qui permet d’obtenir un portefeuille boursier complet. Il est communément appelé Compte-Titres « Ordinaire » (CTO) en opposition avec le PEA (Plan Épargne en Actions), qui est aussi un compte-titres mais dédié aux actions européennes.

A travers un compte-titres ordinaire on peut investir sur différents titres financiers comme :

  • des actions ;
  • des obligations ;
  • des ETF, aussi appelés trackers ;
  • des fonds d’investissement (OPCVM) ;
  • des produits dérivés (warrants, turbos, options, contrats à terme, CFD) ; 

Il est possible d’ouvrir un compte-titres auprès d’une banque classique, d’une banque en ligne ou auprès d’un courtier en bourse. Contrairement au PEA, tu peux avoir autant de compte-titres que tu le souhaites, donc n’hésites pas à diversifier !

La fiscalité du compte-titres

En investissant avec un compte-titres, vous pouvez réaliser des gains sous forme d’intérêts, de plus-values ou de dividendes. En tant que résident fiscal français ces gains sont soumis à la flat-tax de 30% qui se compose de :

  • 12,8% d’impôt sur le revenu ; 
  • 17,2 % de prélèvements sociaux. 

Contrairement au PEA ou à l’assurance vie cette imposition est valable même si tu ne fais pas de retraits depuis ton compte-titres

Si tu es dans une TMI inférieure à 30%, il est possible d’opter pour l’imposition à l’IR. Dans ce cas, tous tes gains financiers sont intégrés aux revenus de ton foyer, c’est alors le barème de l’impôt sur le revenu qui s’applique.

Certaines entreprises en bourse versent des dividendes à leurs actionnaires. Sur ces dividendes les courtiers prélèvent à la source un pourcentage correspondant au taux d’imposition en vigueur dans le pays d’origine du dividende. Cependant tu devras ensuite payer la flat-tax de 30% sur ce même dividende, plutot injuste tu ne trouves pas ?

Heureusement, la France a passé un accord de « non double imposition » avec plusieurs pays.

La somme maximale récupérable est de 15% ; il est donc possible de récupérer tous les prélèvements sur les dividendes Américains, Canadiens, Hollandais et Anglais.

Par exemple l’imposition totale sur les dividendes d’une action belge est la suivante : 25+30-15 = 40%. Tu comprends donc que si tu choisis d’investir dans les actions à dividende, il vaut mieux privilégier les pays avec un taux de retenue à la source inférieur ou égal à 15% afin de ne pas dépasser les 30%.

Attention il est impossible de récupérer la retenue à la source sur un PEA. Mais la fiscalité des actions Européennes est tout de même généralement plus avantageuse sur PEA que sur CTO. En effet, si on garde l’exemple de notre action belge, il vaut mieux payer 25% sur PEA plutôt que 40% sur CTO.

Les frais liés au compte-titres

Comme toutes les solutions d’investissement sur des marchés financiers, les frais sont le critère le plus important à analyser ; des frais élevés impactent directement la rentabilité d’un investissement. Et un compte-titres peut entraîner plusieurs types de frais : 

  • les frais de gestion / garde sont à payer mensuellement tant que votre compte est ouvert.
  • les frais d’inactivité sont facturés chaque mois si le nombre minimum de transactions n’est pas atteint.
  • les frais de courtage sont à payer à chaque achat ou vente d’un titre financier. Ils sont souvent proportionnels au montant de la transaction. Ils dépendent du type de produit que vous achetez et de la place boursière sur laquelle la transaction est effectuée.
  • les frais de change sont à payer sur des transactions en devises étrangères.

Aujourd’hui, les meilleurs comptes-titres ont des frais de courtage faibles et ne facturent pas de frais de garde et d’inactivité. Il faut cependant se méfier des courtiers qui disent ne pas prélever de frais de transaction car ils se rattrapent généralement sur les frais de change.

A noter qu’il est possible de transférer un compte-titres d’un établissement à l’autre. Cette prestation est bien entendu payante mais peut être intéressante si tu as une plus value latente conséquente. Le transfert permet de ne pas vendre ses positions et ainsi d’éviter la fiscalité sur les plus-values.

Mon TOP 5 des meilleurs compte-titres

J’ai comparé et analysé pour toi, selon plusieurs critères les différents compte-titres disponibles sur le marché. Je je porte une attention particulière aux différents frais de fonctionnement et à l’ergonomie de la plateforme. Effectivement il ne faut pas négliger ce dernier point car c’est ce qui permet de comprendre les informations affichées et d’y voir clair de manière générale.

Premier dépôt : 0,01€
Frais de garde : Gratuit
Frais d’inactivité : Gratuit
Frais de retrait : Gratuit
Frais de courtage
1€ / ordre
Premier dépôt : 10€
Frais de garde : Gratuit
Frais d’inactivité : Gratuit
Frais de retrait : Gratuit
Frais de courtage
1€ / ordre
Premier dépôt : 0,01€
Frais de garde : Gratuit
Frais d’inactivité : Gratuit
Frais de retrait : Gratuit
Frais de courtage
France : 1€/ordre
Europe / Royaume-Uni: 3.90€/ordre
Etat-Unis / Canada: 1€/ordre
Australie / Asie : 5€/ordre
Premier dépôt : 0€
Frais de garde : Gratuit
Frais d’inactivité : Gratuit
Frais de retrait : Gratuit
Frais de courtage
0,30€ / ordre
Premier dépôt : 0€
Frais de garde : Gratuit
Frais d’inactivité : Gratuit
Frais de retrait : 1er gratuit puis 10€
Frais de courtage
0,30€ / ordre

Le compte-titres étant un support d’investissement international il est normal que les plateformes purement françaises ne soit pas optimisées. Les frais qu’elles appliquent font partie des plus élevés du marché; j’ai donc écarté naturellement les comptes-titres des banques traditionnelles ou banques en ligne de mon classement.

Bien débuter sur un compte-titres

Beaucoup de personne pensent que la bourse revient à acheter une action et espérer qu’elle monte pour la revendre et faire une plus value. C’est effectivement une des stratégies que tu peux adopter mais elle reste risquée car il est impossible de savoir quand le prix d’une action va monter ou descendre.

« Reste à l’écart de la folie qu’entraîne la fluctuation des marchés »

Warren Buffet

Je te conseille plutôt d’aborder la bourse comme un placement à long terme. Tu peux adopter comme moi une stratégie d’actions à dividendes. Ça implique qu’il te faudra te renseigner sur chaque entreprise afin de trouver les entreprises les plus interessantes à détenir dans ce type de portefeuille. Le but étant de se créer un « calendrier de dividendes » afin de percevoir des revenus sûrs et réguliers tout au long de l’année.

Cette seconde stratégie a aussi pour avantage de te payer même en cas de baisse du marché et te permet de patienter plus sereinement le temps que le marché remonte.

Si cela te parait encore trop compliqué, je te recommande de commencer à investir dans des ETF. Les ETF sont des fonds d’investissement qui répliquent un indice boursier. Ils permettent d’investir instantanément dans des centaines d’actions et sont relativement performants sur le long terme. Si les actions détenues dans les ETF versent des dividendes tu les percevras également.

Enfin quelle que soit ta stratégie je te conseille d’appliquer la méthode DCA, afin de maximiser ton rendement sur le long terme.

Partager l'article